L’INOUBLIABLE SOUVENIR MELANCOLIQUE DE L’AVIATEUR ET DE LA PETITE FILLE

Le 29 juillet 2015, le réalisateur Mark Osborne nous entraîne dans l’histoire du Petit Prince avec son nouveau long-métrage d’animation produit par On Animation Studios et inspiré de l’œuvre éponyme d’Antoine de Saint-Exupéry.

L’histoire

Une petite fille (doublée par Clara Poincaré) prépare sa rentrée dans la prestigieuse Académie Werth sous l’œil attentif de sa mère (Florence Foresti), qui encadre rigoureusement son travail. Un voisin, un vieil aventurier intrépide (André Dussollier), va la distraire de son emploi du temps minutieusement programmé et lui faire découvrir le monde du Petit Prince à travers ses propres souvenirs.

Mon avis

Dès le début du film, Mark Osborne nous introduit l’univers d’adultes strict et triste dans lequel vit la petite fille. L’aviateur vient alors bousculer, avec un avion de papier, son univers bien réglé.

Le premier aperçu du Petit Prince se fait justement à travers ces vieilles feuilles de papier volantes envoyées par l’aviateur à sa nouvelle petite voisine. Empreintes de blanc et jaune, elles se distinguent nettement dans l’atmosphère triste de la petite fille. Plus tard, la séquence durant laquelle l’aviateur lui remet d’autres feuilles remplies d’écrits et de dessins est particulièrement riche en émotions. Elle donne d’ailleurs lieu à un flashback durant lequel les images, esthétiquement moins parfaites car truffées d’infographie et de stop-motion, retracent le voyage et la rencontre entre l’aviateur, alors un jeune homme, et le Petit Prince. Un sentiment de nostalgie est également fortement présent tout au long du film, comme lorsque l’aviateur écoute une chanson de Charles Trénet.

En termes d’inspiration, le réalisateur Mark Osborne et son équipe de production se sont inspirés des films « Playtime » et « Mon Oncle » de Jacques Tati pour les illustrations du livre de l’aviateur. A l’image du film dont il est issu, ce film explore des thèmes très variés et profonds : la sagesse, la découverte et la mort. Du côté du doublage, Clara Poincaré et Andréa Santamaria apportent jeunesse, douceur, innocence et sensibilité aux personnages. L’interprétation d’André Dussollier et celle de Florence Foresti ajoutent de la générosité, de la spontanéité, de la sincérité et de la délicatesse à l’ensemble. Enfin, d’envoûtantes chansons, signées par Hans Zimmer et Richard Harvey, et interprétées par Camille, bercent les petits et les grands, du monde de l’enfance au monde d’adulte.

LePetitPrincePhoto : © Paramount Pictures France

En bref

Laissez-vous emporter par ce voyage intrépide et poétique avec l’aviateur, le Petit Prince, le renard, la rose, le serpent (Guillaume Gallienne), le vaniteux (Laurent Lafitte) et le businessman (Vincent Lindon). Revivez l’enfance du Petit Prince avec l’aviateur, la petite fille et sa mère. Ce long-métrage d’animation, imprégné d’aventures romanesques et humaines et de poésie, dévoile un récit initiatique renversant et plein de mélancolie.

Chenda CHUON

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s